10 juillet 2016

Où manger aux îles de la Madeleine?

Le comptoir chez Gourmande de nature

J'ai visité les îles de la Madeleine en mai. Début juillet, je n'avais pas encore perdu tout le poids que j'avais pris à bien manger là-bas.

J'exagère à peine. Les occasions de se gaver et de goûter les produits du terroir sont nombreuses dans l'archipel. Je vous en propose quelques-unes, mais il ne s'agit que des endroits que j'ai visités. Il n'y a pas de doutes que vous saurez trouver encore plus de bonnes adresses pour casser la croûte. Par exemple, on me souffle que la Pizza d'la pointe (86, route 199, Havre-aux-Maisons) fait la meilleure pizza des îles. Je n'ai pas eu la chance d'en manger.

Le Café d'chez nous (197, chemin Principal, Cap-aux-Meules) est une option intéressante pour déjeuner. Le décor est sympathique, le lieu est facile à trouver et les bagels sont excellents. C'est une option santé pour commencer la journée, mais les gros appétits devront faire un choix judicieux. Les portions ne sont pas immenses.

Le Café d'chez nous

Bagel au Café d'chez nous

2 juillet 2016

Le détour vers Mandalay

Palais de Mandalay
Mandalay, quelque part vers le nord de la Birmanie, est une grande ville qui, à première vue, possède bien peu d'atouts. Elle constitue néanmoins un point de départ idéal pour quiconque veut explorer le nord. Des principales villes attractions, Bagan et le lac Inle, elle se trouve à environ 10 heures d'autobus. De Yangon, beaucoup plus au sud, elle n'est qu'à 9 heures grâce à la nouvelle autoroute.

Nous avions opté pour le service de bus de première classe. Conseil : apportez des vêtements chauds. La climatisation est très forte. Même avec les couvertures fournies, j'avais froid. Apportez aussi des bouchons pour les oreilles. Mais même avec les bouchons, il était impossible de couvrir les tonitruantes chansons diffusées sur la télévision du bus.

À noter qu'une escale était prévue à mi-chemin et que pour des raisons de sécurité, tous les passagers devaient descendre. Tant pis pour le somme. Il sera forcément interrompu.

L'arrivée à Mandalay se fait en milieu de nuit. Les chauffeurs de taxi nous assaillent évidemment et c'est un peu le chaos. La meilleure stratégie, comme toujours, demeure de se diriger vers la sortie de la gare et, au pire, de héler un taxi où nous ne sommes pas captifs. Nous avons tout de même obtenu un bon prix et on nous a menés à un hôtel que nous avions sélectionné dans le Lonely Planet.

26 juin 2016

Une journée à Dala en Birmanie

Le marché de Dala
Pour la deuxième journée en Birmanie, avec mon ami Christian, j'ai décidé d'accepter l'invitation de Kotoo, rencontré la veille. Pour la journée, il nous proposait de nous faire visiter Dala, son coin de village, de l'autre côté de la rivière Yangon.

Nous l'avons rejoint dans le parc Mahabandoola, où il nous attendait avec son père. Il nous a entraînés vers le traversier alors que nous nous demandions s'il était vraiment sécuritaire de faire confiance à ces étrangers. Nous avons choisi de prendre le risque tout en gardant l'option de changer d'idée un peu plus tard. Il fallait notamment prendre en compte que la criminalité envers les touristes est très faible en Birmanie et les châtiments imposés aux voyous sont très sévères.

Pour le traversier, le coût du billet est environ dix fois plus élevé pour les touristes, qui doivent s'enregistrer. Kotoo nous raconte qu'il s'agit d'une mesure de sécurité. Si les touristes ne reviennent pas, on se lancera à leur recherche. Seul hic, c'est qu'on ne nous a pas demandé de décliner notre identité au retour... On nous a par ailleurs donné une bouteille d'eau avec l'achat du billet.

Là où on s'est probablement fait avoir, c'est dans la location de motocyclettes. Kotoo nous a assuré que son père avait négocié pour nous et qu'il nous faudrait débourser chacun 25 000 kyats pour notre engin. Ça nous semblait beaucoup (surtout qu'on finirait par en avoir une électrique pour une journée à Bagan pour 7000 kyats), mais nous ignorions encore la valeur des choses à ce moment-là.

12 juin 2016

Charlottetown, une belle découverte

Great George Street
En route pour mon voyage aux îles de la Madeleine, ma plus belle découverte a sans doute été la capitale de l'Île-du-Prince-Édouard, Charlottetown. Sa vieille ville est particulièrement jolie.

Je n'y ai même pas passé une journée complète, mais j'ai été complètement charmé par les petits commerces qui semblent éclipser totalement les grandes chaînes dans la portion historique de la ville. Une promenade à pied permet de prendre la mesure du patrimoine impressionnant et de constater le côté paisible de sa vie au quotidien.

En logeant au Rodd Charlottetown, un hôtel aux allures vintage, j'étais avantageusement situé, en plein sur le trajet de la Heritage Walk.

Ce trajet, peint en rouge sur le sol, est long de 3,4 km et permet de voir l'hôtel de ville, le Confederation Centre of the Arts, en plus de la Great George Street et ses maisons colorées.

Le long de la Heritage Walk, on croise Saint Dunstan's Basilica
Un autre trajet piéton permet de longer la berge et de contourner, entre autres, Victoria Park.

Parmi les adresses intéressantes pour faire quelques achats se trouve la crèmerie Cows Ice Cream (150 rue Queen), qui se targue d'offrir la meilleure crème glacée au Canada. Tauck World Discovery la décrit même comme la meilleure au monde.

10 juin 2016

Flâner à la découverte de Yangon

Shwedagon Paya, Yagon
J'aurais cru qu'il me serait difficile de franchir les douanes de l'aéroport de Yangon, en Birmanie. Les rumeurs laissent entendre que les douaniers peuvent être sévères. Pourtant, j'ai pu passer en moins de cinq minutes. On tend le passeport, on attend la photo, et c'est terminé. Pas de questions. Juste un regard rapide à la lettre d'approbation du visa. Et du temps que j'attendais, je ne les ai vus interroger personne.

Les bagages étaient déjà prêts sur le convoyeur à ma sortie. 5 h 15, j'étais d'attaque même s'il faisait encore sombre à l'extérieur.

En attendant mon transport vers l'hôtel, que j'avais réservé pour 6 h, j'ai fait la connaissance d'un Français, qui m'offrait de racheter ses kyats (prononcé checks), la monnaie locale. Il m'a aussi prévenu d'être très prudent avec la nourriture. Lui et sa copine l'ont appris à leurs dépens puisqu'ils ont été malades deux fois. C'est noté! Mais dans un pays où les restaurants sont peu nombreux, on fait avec ce qu'on trouve.

J'ai donc pris les kyats, ce qui me permettait déjà de faire des achats sans avoir à transiger avec mes dollars américains. On dit que les billets américains doivent être en parfait état, sinon les commerçants peuvent les refuser. De tout le voyage, je n'ai jamais eu à vérifier. J'ai trouvé des guichets automatiques partout et j'ai toujours utilisé les kyats pour payer.

Dès le début de la matinée, après avoir déposé mes trucs à l'auberge, je suis allé explorer l'ouest du centre-ville de Yangon, près de la rivière Yangon. On se fait dévisager un peu quand on commence à marcher dans les rues moins achalandées, mais les Birmans sont sympathiques et nous sourient.

Kheng Hock Keong
Le Kheng Hock Keong, le plus grand temple chinois de Yangon, a été mon premier arrêt. Le temple lui-même ne présente pas un grand intérêt, mais les curieux peuvent regarder les dames qui vendent de petits oiseaux, qu'on libère pour la chance, ou les croyants qui viennent déposer de la nourriture pour les dieux. Le temple, il est donc utile pour le « people watching ».