21 février 2017

Où dormir au Rwanda

Mes premières recherches sur internet ne m'avaient permis de trouver que des hôtels très chers au Rwanda. Mais quand on cherche un peu, quand on se renseigne, on finit par aboutir dans des hébergements qui ne coûtent pas les yeux de la tête. Là encore, je n'ai pas eu l'occasion de tester plusieurs hôtels, mais je livre néanmoins mes commentaires sur les endroits où j'ai dormi.

Kinigi
Kinigi Gesthouse

Kinigi Guesthouse

Kinigi Guesthouse
Pour toute expédition dans le parc national des Volcans ou dans les Virunga, la Kinigi Guesthouse est l'endroit idéal. Elle est située à trois minutes de marche du bureau d'accueil du parc, où il faut se rendre le matin pour valider notre permis pour aller voir les gorilles, les singes, ou grimper un volcan. Il n'y a rien de plus près.

15 février 2017

Où dormir en Ouganda

Bien dormir, en plein coeur de l'Afrique de l'Est, est-ce possible? Certainement! Je n'ai pas expérimenté des tonnes d'hébergement, mais voici néanmoins quelques commentaires sur les endroits visités en Ouganda.

Katunguru (Queen Elizabeth National Park)


Queen Elizabeth Bush Lodge


Queen Elizabeth Bush Lodge

Queen Elizabeth Bush Lodge

Pour profiter d'un passage au parc national Queen Elizabeth, loger dans le secteur de Katunguru me paraissait logique, non seulement parce qu'on peut accéder facilement au canal Kazinga, mais aussi parce qu'on se trouve tout près des zones où vivent des lions et des chimpanzés. Le Bush Lodge offre des bungalows ou des tentes de luxe, avec deux lits et l'électricité. Un pavillon sanitaire offre des douches et des toilettes. On prend les repas en plein air ou à l'abri de la pluie dans une espèce de patio.

12 février 2017

À propos de l'escale au Qatar

Une vue de Doha, la nuit
Il y a un an, j'écrivais sur la possibilité de faire escale au Qatar, à l'extérieur de l'aéroport, tout à fait gratuitement grâce à une politique de Qatar Airways. Il faut toutefois faire quelques nuances que voici.

Pour mon plus récent voyage, au Rwanda, j'ai choisi Qatar Airways non seulement parce que la compagnie offrait les prix les plus bas, mais aussi pour la qualité de son service jusqu'à maintenant. En voyant que les escales étaient respectivement de 15 h et de 8 h, à l'aller et au retour, je ne me suis pas inquiété outre mesure. Après tout, j'avais déjà profité d'un hébergement gratuit au Qatar en 2016.

La politique de la compagnie stipule que pour toute escale de plus de 8 h, Qatar Airways peut offrir un hébergement gratuit. Dans le même sens, outre la chambre d'hôtel, le visa et le transport sont aussi aux frais de l'entreprise. Pour une escale de plus de 11 h, le repas est aussi inclus.

Sauf que... Sauf qu'il faut que le prix du billet soit suffisamment élevé pour que cette politique s'applique. En lisant bien le site internet de Qatar Airways, il n'y a pas de confusion. On ne garantit jamais que l'hébergement sera gratuit.

28 décembre 2016

Le Chott El-Jérid et le festival de musique sacrée

Chott El-Jérid

Après ma première nuit à Tozeur, en Tunisie, j'avais hâte d'explorer. Avec notre chauffeur Belgasem, nous sommes partis vers le Chott El-Jérid, un désert de sel à perte de vue traversé par la route principale.

Notre seul véritable arrêt le long de la route, à un endroit où des stands à souvenirs sont probablement ouverts à d'autres périodes de l'année, nous place devant une scène étrange. Bien sûr, elle a été construite de A à Z, mais elle permet de prendre des photos géniales et de se plonger un tantinet dans l'absurde.

Il y a d'abord ces cabinets de toilettes et leur teinte turquoise qui tranchent dans un décor beige sable. On trouve aussi un monticule, surmonté d'un drapeau rouge vif de la Tunisie. Et un étrange cavalier de papier mâché avec son dromadaire, des oeuvres directement sorties d'un univers d'art naïf. Plus loin, une statue d'un samouraï brave l'immensité du désert. 

Les toilettes au Chott El-Jérid

Au retour à Tozeur, nous nous sommes arrêtés au gîtes Diar Abou Habibi, le temps d'apprécier le grand jardin dans lequel sont plantées une dizaines de cabines, comme des chalets indépendants qu'il est possible de louer pour un séjour paisible. Pour une prochaine visite à Tozeur, je me promets d'aller m'y prélasser. Mais on m'a prévenu qu'il fallait réserver un brin à l'avance.

1 décembre 2016

Kairouan, un joyau de l'Unesco

La Grande Mosquée de Kairouan

La Tunisie, dans ma tête, c'est le sable. Beaucoup de sable. Celui qui se faufile partout, dans les souliers, dans les poches de pantalon, dans la lentille de l'appareil photo. Ce serait bien ma chance, moi qui assassine les appareils photo les uns après les autres.

J'ai atterri à Tunis, capitale de la Tunisie, grâce au nouveau vol direct de Tunisair, qui part de Montréal tous les dimanches en après-midi.

L'objectif avoué du voyage, c'est notamment d'assister à la clôture de la première édition du Festival Rouhaniyet, à Nefta, un festival de musique mystique. Mais pour cette première journée, le plan consistait simplement à franchir les 450 kilomètres qui séparent Tunis de Tozeur, où nous serions basés pour quelques jours. Il faut donc six bonnes heures de route pour y arriver.

Après un copieux petit-déjeuner au chic Hôtel Africa de Tunis (et les copieux repas du vol de Tunisair), nous sommes partis, gonflés à bloc (!), sur la route de Tozeur, une route à une voie de chaque côté. Elle traverse de multiples villages grouillants d'activités.

Sur le bord de la voie, d'énormes cactus produisant les colorées poires-cactus, des rangs d'oliviers... et des moutons attachés, attendant le moment où les Tunisiens opteraient pour le méchoui. Littéralement.