26 juin 2024

Les chroniques du mois de mai




Depuis quatre ans, j'ai négligé la section blogue de ce site pour me concentrer sur la mise à jour des chroniques du Bourlingueur, diffusées dans les six journaux des Coops de l'information.

Pour vous aider à vous y retrouver, je vous propose donc d'agglutiner les articles publiés au mois de mai. 

Floride

Au début du mois, je vous proposais une incursion dans la ville de Naples, en Floride, où résident millionnaires et milliardaires. Il s'agit aussi d'une occasion de découvrir le luxe du Ritz Carlton de l'endroit. 

FLORIDE | Naples, incursion au pays des millionnaires 


Texas

Toujours aux États-Unis, la ville de Fort Worth est remplie de surprises. Non seulement la culture western y est toujours bien vivante, mais on y trouve une gastronomie étonnante. Le barbecue demeure néanmoins un incontournable. 

TEXAS | John F. Kennedy, Michel-Ange et gastronomie au-delà du barbecue

30 juin 2019

Raicilla et cours de cuisine

Dans mon article Chocolat, mole et alcool à 45 %, publié dans les journaux du Groupe Capitales Médias, je fais état de cours de cuisine et d'expériences culinaires à Puerto Vallarta, sur la côte ouest du Mexique. Voici les adresses pour vivre ces expériences et quelques photos pour vous mettre en appétit.


Le décor du restaurant La Lulú est coloré.

La racilleria La Lulú, du chef Memo Wulff, est un charmant restaurant-bar avec un décor coloré. Sur réservation pour des groupes d'un maximum de 15 personnes, on peut goûter différents cocktails de raicilla et déguster un excellent repas. Memo possède un tas de connaissances qu'il est prêt à partager. Pas familier avec la téquila non plus? Il saura vous expliquer la différence entre téquila, mezcal et raicilla.

Restaurant La Lulú
305 rue España
Puerto Vallarta

22 juin 2019

À propos des tacos de Puerto Vallarta



Assurément un incontournable pour les foodies et autres gourmands le tour guidé de Vallarta Food Tours portant sur les tacos permet d'en apprendre sur l'histoire locale en même temps qu'il calme la faim.

Mon article Tacos, tacos... tacos paru dans les quotidiens du Groupe Capitales Médias en donne un aperçu. En complément, voici quelques photos et bonnes adresses de ce tour guidé.


1. Tacos de poisson
Mariscos El Guero
291 rue Francisco I. Madero

Au taco de maïs servi avec le poisson frit, on ajoute de la laitue, du pico de gallo et la sauce de son choix. Excellente façon de commencer la tournée.

28 avril 2019

Jour 2 : Pucón et l'eau chaude



Deuxième jour au Chili.

Je suis arrivé tôt en matinée à Pucón, à neuf heures de bus au sud de Santiago. En matinée, l'air y était frais et sentait un peu la fumée des poêles à bois. À part quelques chiens qui aboyaient à mon passage, l'endroit semblait encore endormi. À l'horizon, le volcan Villarica, fumant, se découpait très clairement.

Pucón est une petite ville bâtie en partie autour du tourisme. Les petites maisons de bois proposent souvent de louer des chambres aux visiteurs qui viennent pour les sports d'hiver ou les activités extrêmes.

Mon auberge, Chili Backpacker, semble la plus prisée des jeunes voyageurs. Par jeunes, on entend en moyenne entre 25 et 40 ans, soit plus vieux que la moyenne des autres auberges du genre. Il y est facile de réserver des activités et la vue sur le lac Villarica n'est pas à négliger non plus.

22 avril 2019

L'arrivée à Santiago, au Chili

Le parlement de Santiago

Nouvelle incursion sur la continent sud-américain. Cette fois, c'est au Chili que ça se passe.

Mes deux vols, gracieuseté de Copa Airlines, ont été retardés. Le premier, dans un avion des années 1980, n'avait pour divertissement à bord que cet écran qui se déploie du plafond avec un film de série B du siècle dernier. La deuxième partie du voyage, moins achalandée, était beaucoup plus confortable. Il ne faut toutefois pas compter sur des repas succulents sur les ailes de Copa...

Je suis donc arrivé à Santiago, la capitale du Chili, qu'on dit plutôt ennuyante. Puisque c'est l'automne ici, il faut savoir comment s'habiller. La matinée, grise et froide, transperçait mes trois couches de vêtements. En après-midi, sous le soleil, on atteignait les 20 degrés Celsius.