20 août 2015

Colombo et ses surprises


Même si Colombo est une destination où beaucoup décident de ne pas s'arrêter, pour moi, il était important d'au moins jeter un oeil à la capitale avant de partir du Sri Lanka,

Dès mon arrivée à la gare, on a tenté de me convaincre de prendre un tuk-tuk pour un prix énorme. On me chargeait environ 500 roupies pour me mener à l'auberge. J'ai refusé. N'ayant aucune idée de la distance à parcourir, je suis resté ferme sur mon prix. Après tout, c'est toujours à la gare qu'on gonfle le plus les prix.

Après de multiples négociations, j'ai eu mon prix de 300 roupies. Mais voilà, le gars avec qui je négociais n'était que l'intermédiaire. Le chauffeur lui-même a relancé la valse pour tenter de faire monter le prix. Ce que j'avais oublié, c'est qu'à Colombo, tous les tuks-tuks sont munis de compteurs. Sinon, à 50 roupies du kilomètre, le compte est bon.

Ce qui m'a surtout impressionné à mon arrivé, c'est la qualité de l'auberge où j'étais. J'avais pris l'habitude des chambres un peu plus rustiques. Là, au contraire, c'était la grande classe. On nous fournissait même l'eau potable pour remplir nos bouteilles.


Je me trouvais sur Galle Road, dans Colombo 3 (Kolluptiya). Pour ma première soirée, j'ai simplement marché un pâté de maisons vers l'ouest pour voir le soleil se coucher sur l'océan Indien. J'ai ensuite arpenté Galle Road pour me trouver un endroit où manger.

Il y avait une succursale de McDonald's. Le plus étonnant, c'est leur service à l'auto. Il faut littéralement se stationner sur le côté de la rue. Un serveur vient à la fenêtre de la voiture, traverse la rue et entre pour aller chercher la commande.

Mais ce n'est pas là que j'ai mangé. J'ai opté pour Green Cabin, où j'ai pris un rotti au fromage et où j'ai enfin goûté le fameux wattalapam, le dessert aux oeufs et à la noix de coco. C'était très bon.

Le lendemain, j'ai retrouvé une collègue qui arrivait tout juste au Sri Lanka. Nous nous étions donné rendez-vous au Pilawoos, qui sert apparemment les meilleurs kotthus en ville. Il s'agit d'un boui-boui très populaire auprès de la population locale. Là, ça déménage. Un serveur très âgé était aussi très sympathique et s'amusait à blaguer avec nous. Petit conseil : préciser qu'on veut très peu d'épices.

Puisque nous avions décidé de profiter du temps que nous avions, nous sommes allés pour un café au réputé Gallery Café. L'endroit porte bien son nom et même les toilettes sont décorées avec goût. Je me sentais vraiment « underdressed » pour m'arrêter dans un restaurant qui a son propre étang à poissons rouges. Au final, le café a été remplacé par un gâteau truffes au chocolat. Les pâtisseries dans les cloches à gâteaux, à l'entrée, étaient trop irrésistibles. Prix de la part de gâteau? 700 roupies. Ouch!

Ensuite, je suis finalement parti explorer. J'ai hélé un tuk-tuk, qui s'est fait arrêter deux coins de rue plus loin pour conduite imprudente.

Puisqu'on m'avait déconseillé le fort, je suis allé me promener dans les marchés autour de la gare. Ça vaut quelques minutes, mais si on n'a pas l'intention d'acheter quoi que ce soit, on s'en lasse vite.

J'ai entrepris de marcher vers le Seema Malakaya Meditation Center, que le Lonely Planet qualifie d'endroit le plus photographié de Colombo. C'était à environ deux ou trois kilomètres. En chemin, j'ai vu le Sri Shiva Subramaniam Swami Kovil, un temple qui comporte vraiment beaucoup de statues. Ça me coupe toujours un peu le souffle même si je ne suis pas toujours certain de comprendre la symbolique de tout ça.

Un peu avant d'arriver au centre de méditation, il y a une petite île reliée à la terre par une passerelle. Des couples se promènent autour dans des pédalos qui ont la forme d'un cygne. C'est le seul endroit où j'ai vu des Sri-lankais s'embrasser en public. Et en fait, c'est tout ce qu'on y trouve : des Sri-lankais qui s'embrassent.

Le centre de méditation.
Le centre de méditation ressemble en fait à un temple entouré de statues de Bouddha. Au coucher du soleil, l'endroit est effectivement magnifique, comme en témoigne la photo ci-dessus.

J'ai ensuite marché encore jusqu'au parc Viharamahadevi, un espace vert rempli de vie où la population locale se rend en masse pour s'amuser. C'est un endroit idéal pour flâner. Mais attention. Même si je suis difficile à désorienter, j'ai perdu tous mes repères dans ce parc et à la sortie, il m'a fallu un bon moment, alors que la noirceur était tombée, pour comprendre dans quelle direction je devais marcher.

J'ai tenté de héler un tuk-tuk, mais le conducteur a refusé d'utiliser le compteur. J'ai donc marché un long moment pour rentrer à l'auberge. Au final, la marche m'a permis de bien explorer une partie de Colombo.

Il ne me restait alors qu'à attendre qu'un taxi vienne me chercher en fin de soirée pour me mener à l'aéroport... C'était la fin du Sri Lanka.

À la sortie de Viharamavadevi.

Une partie du marché

Le marché aux environs de la gare de Colombo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire