23 décembre 2011

Tremblement de... Noël

Source : Google Maps
Sais pas qui a choisi la date de Noël cette année, mais elle me convient plus ou moins. Va pour les congés de boulot, le surplus de dodo, mais m'arrêter de planifier... je ne sais pas.

Toujours est-il que le passeport est finalement arrivé à bon port. Élément important pour amorcer les demandes de visa. Et acheter les billets d'avion. Parce que oui, certaines compagnies exigent le numéro du passeport pour terminer l'achat en ligne dudit billet.

So, mes premières destinations sont choisies, déterminées, irrémédiablement inscrites au calendrier. Difficile de reculer une fois les dollars débités de la carte de crédit. Laissez-vous mijoter encore un brin alors que je confirme que je volerai sur les ailes de United et d'Air Pacific. Que oui!

J'ai donc appliqué mes propres conseils, en cherchant le meilleur prix sur plusieurs sites internet différents. Les aubaines n'étaient pas là où je croyais les trouver. Fait logique qui saute par ailleurs aux yeux quand on regarde le calendrier : traverser le Pacifique vers l'Ouest nous fait arriver à destination... deux jours après le départ. Coup de vieux garanti. L'impression que le temps nous coule entre les doigts. Et éventuellement, au retour, l'impression de rajeunir.

Et voilà, je sais où je serai jusqu'à la fin de février. Et je réalise qu'il me sera difficile de ne pas allonger mes séjours au-delà de ma planification initale. J'ai déjà du "retard" sur mon horaire. La beauté de l'affaire, c'est justement que l'horaire, il peut bien aller au diable. On verra si je finis par l'y rejoindre.

J'ai aussi, d'ores et déjà, mon visa pour un pays très amical qui nous permet, en quelques clics, d'obtenir la permession de débarquer chez lui. Pas de flaflas avec des photos de format passeport, pas de questions sur le revenu, le métier, l'âge du chien du voisin ou votre marque préférée de pizza congelée. Juste un gros oui avec des bras bien ouverts (qui vont piger directement dans le portefeuille).

Astuce
Enfin, j'ai effectué quelques emplettes pour agrémenter mes bagages. L'astuce du jour : dénicher un portefeuille de tissu dans un grand magasin (celui avec la bannière bleue et la madame qui était contente, par exemple) pour un coût ridicule. Il sera utile, dans l'éventualité d'un vol à la tire dans lequel je devrais remettre tous mes avoirs. Un "faux" portefeuille, avec quelques billets, pourrait peut-être convaincre d'éventuels voleurs que je n'ai pas plus à offrir. Remarquez, je n'ai jamais expérimenté. Mais j'ai lu ça quelque part.

Pour ceux qui souhaiteraient savoir où je me planterai les pieds, laissez-moi simplement vous dire que j'ai eu un petit pincement au coeur, et un très léger stress, en lisant les rumeurs de dommages à l'aéroport de Christchurch, à la suite d'un tremblement de terre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire