28 octobre 2013

Le visa indien, fin de l'histoire

Célébrations!

L'enveloppe attendait, patiente, dans la boîte aux lettres, juste à côté de la porte. Le courrier prioritaire, ça ne pouvait vouloir dire qu'une chose. Le visa indien!

Mon passeport est donc revenu à bon port, visa indien en prime, dans les délais prévus. Le seul hic, c'est qu'il m'aura coûté deux fois le prix et deux voyages à Ottawa plutôt qu'un. Autre hic, puisque j'ai maintenant un visa de journaliste apposé dans mon passeport, je ne pourrai plus être vague sur la profession que j'exerce, lorsque je passerai les douanes ailleurs. M'apprendra.

La leçon à retenir : s'informer trois fois plutôt qu'une avant d'acheminer le formulaire de demande de visa.

Achat du billet

Avant de changer d'idée, j'ai aussi acheté le billet d'avion qui me permettra d'atterrir à New Delhi le 5 janvier prochain.



Pour ce faire, j'ai constaté que le prix des billets avait grimpé d'au moins 400 $ en tout juste un mois. De plus de 100 $ dans la dernière semaine. Et ce, pour le billet le moins cher. Pas nécessairement celui qui convient le plus.

J'ai fait des recherches avec des comparateurs de vols que je ne connaissais pas, comme momondo.com et google.com/flights (ben non, je n'avais pas réalisé que Google s'était aussi lancé dans les comparateurs de vols). J'ai aussi multiplié les essais sur les sites habituels comme Expedia.ca ou priceline.com.

Les résultats étant peu convaincants pour la durée des vols, pour le nombre d'escales ou l'heure d'arrivée, j'étais sur le point d'abandonner quand j'ai pris une dernière chance. Je l'ai déjà écrit, les comparateurs de vols ne recensent pas tous les mêmes compagnies aériennes. C'est alors que j'ai déniché une liaison sur Emirates, une compagnie dont la réputation n'est plus à faire. Une compagnie que je n'ai pas eu la chance de tester.

Avant de réserver, j'ai vérifié sur le site d'Emirates lui-même... où le même billet était offert à un prix inférieur. Économies : 120 $.

Outre les problèmes du site web qui ont retardé la réservation de 24 heures, c'en était fini avec les pépins. Du moins j'espère. Direction Inde dès le début de la nouvelle année, visa et billets en poche.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire