19 avril 2014

Prendre le temps à Alleppey


À Allepey, on est loin de tout brouhaha. Les petits hôtels bien entourés de palmiers et d'autres formes de végétation exotique transpirent la paix et le calme. Je soupçonne toutefois que ça ne demeurera pas aussi paisible bien longtemps.

Le plan de ma journée était bien simple : farniente. Conduit à moto jusqu'au quai, j'ai pris place dans un houseboat, ces « maisons-bateaux » très populaires auprès des touristes. Moi qui pensais partager ma mini-croisière avec d'autres voyageurs, j'apprends que je serai seul sur mon île artificielle pour toute la journée.

J'ai ma propre chambre, avec lit double et salle de bain, où je peux déposer mes affaires. Le conducteur s'installe devant la grande roue, à l'avant, et je peux prendre place sur l'un des trois fauteuils derrière lui.

Tout ce qu'il me restait à faire pendant toute la journée? Rien! Lire. M'émerveiller.

Nous avons longé les canaux, traversé un lac, et nous nous sommes arrêtés le temps du dîner. À moi tout seul, j'avais un poisson fraîchement pêché et une kyrielle de condiments. Repas royal.

Nous avons continué de naviguer tout l'après-midi pour nous retrouver, à un certain moment, entourés de nombreux autres bateaux. On m'a encore servi à manger, quelque chose comme six ou sept bananes frites, comme si j'étais capable d'en engloutir autant. J'ai essayé fort, par respect, mais j'ai dû abdiquer.

En fin de journée, avant le souper, on m'a laissé descendre et j'ai pu me promener le long de l'eau, dans un village. Les enfants, très curieux, tentaient de communiquer. L'un d'entre eux s'est même imposé, voulait utiliser mon appareil photo pour me tirer le portrait.

On ne communiquait pas trop bien, lui et moi, mais on arrivait à se comprendre un peu quand même. J'ai même réalisé qu'il me restait quelques biscuits dans mon sac, des grignotines toujours utiles pour les longs trajets d'autobus. Je lui en ai refilé quelques-uns qu'il a engloutis rapidement. So long pour la consigne de ne pas accepter de bouffe des étrangers.

J'ai eu un autre repas de roi pour le souper et, en ayant assez de me sentir épié par les dizaines de geckos au plafond, je suis allé me coucher sans que la journée ait été particulièrement épuisante. Quoique de prendre le temps de ne rien faire tout en explorant des endroits paradisiaques, ça vaut bien la peine une fois de temps en temps.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire