6 avril 2014

L'incontournable Udaipur

Udaipur
Peut-être est-ce parce que la vie sociale des voyageurs est plus facile à Udaipur. Peut-être est-ce le soleil qui plombait qui me mettait de bonne humeur. Ou peut-être était-ce la ville elle-même. Toujours est-il que mon court passage à Udaipur figure parmi mes meilleurs souvenirs de l'Inde.
Marché de légumes

Après le déjeuner, je suis parti explorer avec deux autres voyageurs. Nous nous sommes butés à la tour de l'horloge, avons observé le marché de légumes directement dans la rue et visité un grand temple. Il y a, à Udaipur, un rythme de vie moins effréné que dans le reste du Rajasthan. On déambule, on prend son temps et il y a des surprises partout où on pose les yeux.

La principale attraction, le palais, était fermée en raison du mariage princier. Nous ne pouvions donc l'observer que d'un endroit : le lac. Nous nous sommes entassés dans un petit bateau qui nous a permis de nous approcher de l'hôtel qui trône au milieu du plan d'eau. On voyait, sur la rive, l'énorme palais. Et parce que la chance était de notre côté, le bateau s'est arrêté à un quai en plein milieu de la ville avant de reprendre le départ pour nous ramener au bercail.


Nous avons sauté sur l'occasion pour descendre en pleine ville et laisser la barque rentrer sans nous. Là, sur le toit d'un édifice, un restaurant franchement bien situé nous a permis de manger tout en appréciant la vue sur le lac.

Nous sommes ensuite retournés vers l'auberge, lentement, en longeant les quais où des femmes faisaient leur lessive. De l'auberge, deux autres voyageurs se sont joints à nous pour louer des taxis vers le palais de la Mousson, juché sur une haute montagne. Il s'agit, selon notre hôte, du meilleur endroit pour regarder le coucher de soleil.

La vue y était effectivement imprenable. Le palais lui-même, outre la vue qu'il offre, n'a rien de bien intéressant. Il est plus ou moins laissé à l'abandon. Mais de là, on voit aussi la nature qui ceinture la ville d'Udaipur.

Au retour, nos chauffeurs nous ont fait descendre près d'un théâtre où un spectacle traditionnel se tient chaque soir. La danse et le jeu de marionnettes fait sourire les spectateurs. Évidemment, la foule est composée surtout d'étrangers. Le clou de spectacle : une femme qui danse avec cinq ou six pots empilés sur sa tête.

De là, nous sommes allés manger dans un restaurant huppé avec vue sur le palais. Le serveur, en apercevant ce groupe de backpackers, a compris qu'il ne ferait pas ses meilleures ventres de la soirée. De fait, il a jugé qu'il n'était pas nécessaire d'être sympathique.

À nouveau, nous sommes rentrés à pied, dans la pénombre. En voulant prendre un raccourci, nous sommes tombés sur un revendeur de drogue qui n'était visiblement pas tout à fait lucide. Une chance que nous étions en groupe. Il m'a accroché par le bras, me demandant si je me rappelais de lui. Et il n'avait pas l'intention de me lâcher. J'ai réussi à me libérer et nous avons poursuivi notre route en toute sécurité. Nous l'entendions encore chahuter en sourdine.

À l'auberge, le propriétaire sympathique a accepté de nous cuisiner des crêpes pour le dessert, même s'il avait déjà fermé sa cuisine pour la nuit... Tout à coup, j'étais triste de devoir quitter si vite.
Palais de la Mousson

Vue du palais de la Mousson


1 commentaire:

  1. Ça me tente bien, peut -être que j'irai un jour.

    @ bientôt

    RépondreSupprimer