16 septembre 2014

Mostar, une histoire de pont

Mostar
Stari Most, Mostar
J'avais hésité à visiter Mostar, en Bosnie-Herzégovine, parce qu'on me disait qu'il n'y avait là que peu de choses à voir. Un pont de pierre reconnu au patrimoine mondial de l'UNESCO... pis c'est pas mal ça. Mais tout le monde dit qu'il faut néanmoins y passer et que le trajet aller-retour se fait très bien en une journée à partir de Sarajevo.

Il y a même l'option de prendre l'autobus ou le train. Le bus serait néanmoins légèrement plus rapide. Après vérification, j'ai un peu plus de 30 minutes pour me rendre au terminus et attraper le bus. Sinon, il me faudra attendre un brin et prendre le train. Ce qu'il y a de bien, c'est que le terminus et la gare sont un à côté de l'autre.

On m'avait dit qu'il me faudrait environ 20 minutes pour atteindre le terminus à pied. En réalité, c'était un tant soit peu plus long, si bien que je suis arrivé en sueur, deux minutes avant le départ du bus. Et il y avait une bonne file d'attente. Mais en ayant un peu la foi en ce karma qui m'en devait bien une, j'ai pu y arriver de justesse et tomber endormi sur mon petit banc d'autobus.

Pour ce que j'en ai vu, le paysage le long de la route, fait de montagnes et de rivières, est magnifique.

À Mostar même, le terminus est légèrement en retrait. Mais il ne faut pas plus de dix minutes pour arriver directement au Stari Most, le pont célèbre, où passent tous les touristes.

Il faut s'attarder sur le chemin de pierres qui mène là, joli, où de petits cafés et de nombreuses boutiques de souvenirs sont entassés. La vue sur le pont est aussi intéressante et ceux qui désirent débourser peuvent monter dans le minaret d'une mosquée, d'où on prétend avoir la plus belle vue de Mostar.

Puis on traverse, parce que c'est le meilleur moyen de descendre vers la rivière, et on réalise que le pont est relativement élevé. Pour plusieurs marks convertibles, il est possible d'en sauter, après avoir reçu un cours pour contrôler sa chute. La plupart des touristes feront pour leur part leur chemin jusqu'à la rive, tout en bas, pour reluquer la rivière bien sûr, mais aussi pour toiser le pont d'en bas. Les plus patients finiront bien par voir quelqu'un enjamber la rambarde et se lancer dans le vide.

Et si on s'éloigne à la marche, à travers les étals où sont exposés de vieilles reliques de guerre, dont des insignes nazies et des passeports datant des années 1940, on sort du quartier historique. Il n'y a apparemment pas grand-chose d'autre à voir à distance de marche.

Je suis bien tombé sur une église franciscaine, citée dans le Lonely Planet, mais il n'y avait aucun moyen de pénétrer à l'intérieur. J'y ai rencontré un touriste polonais avec qui j'ai passé le reste de la journée. Pour l'essentiel, nous avons fait quelques achats, goûté la bière locale, la Sarajevsko, et sommes retournés voir le pont une dernière fois.

Nous avons opté pour le dernier train de la soirée, vers 19 h, pour rentrer à Sarajevo. Le vieil engin, avec ses bancs de velours d'un autre temps, était vraiment confortable. Preuve que parfois, la modernité n'est pas gage de confort.

Nous sommes rentrés dans la capitale à la noirceur, surtout que le train est arrivé avec au moins 30 minutes de retard sur un trajet qui devait durer environ 2 h 30. Il reste que tout le monde vous le dira, à choisir entre le bus et le train, la deuxième option est plus agréable.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire