27 avril 2013

De l'intérêt des imprévus

Wilderness
Je l'ai déjà dit, les imprévus, ils amènent les plus agréables surprises. Ou bien on se prend la tête à vouloir suivre absolument l'horaire tel que conçu au départ, ou bien on fait avec et on s'amuse coûte que coûte.

En nous levant à Knysna, avant notre visite du township, nous avions pour objectif de «décoller» tôt et de gruger les kilomètres vers Le Cap pour nous donner une journée complète dans la grande ville avant de repartir. Mais sachant que nous ne pourrions pas visiter Robben Island, nous étions plus enclins à mettre la pédale douce.

Au final, après le township, un repas plus que bienvenu, il se faisait déjà tard. Ainsi avons nous fait le compromis d'avancer pour une heure ou deux et de nous arrêter à Wilderness, une ville qui ne figurait pas sur l'écran radar au départ.

Wilderness, c'est le calme en plein air. C'est aussi une des plus agréables auberges que nous avons trouvées, le Fairy Knowe Backpackers, avec son terrain de volleyball, ses repas servis à une très grande table commune et un bar sous un toit, en plein air.


Nous y avons fait des rencontres intéressantes et avons choisi, le lendemain matin, d'opter pour une séance d'équitation dans la nature sud-africaine. L'entraîneuse a guidé les chevaux à basse vitesse considérant que la plupart d'entre nous n'étions pas des habitués, ce qui n'a pas empêché ma monture de s'emballer et de me donner une petite frousse en trébuchant. Après, nous avons décidé de nous attarder, de louer un kayak et de remonter la rivière avant de nous taper une marche vers une chute d'eau.

À notre retour à l'auberge, nous avons convenu que nous tenterions d'atteindre la ville de Swellendam. Par mesure de précaution, nous avons choisi de réserver notre auberge avant de partir. Surprise! Pu de place!

Et l'Afrique du Sud, ce n'est pas la France. Pas moyen de trouver une autre ville dans les environs pour y passer la nuit. Après quelques calculs infructueux, il nous a fallu réserver les deux derniers lits dans le dortoir de Wilderness, où nous avions déjà passé une nuit... et nous résoudre à cinq heures de route le lendemain matin pour revenir au Cap.

N'empêche, nous nous sommes amusés dans cette nature toujours calme et avons oublié qu'il nous restait moins de 24 heures au pays de Mandela.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire