12 décembre 2013

L'altitude d'Arequipa

Arequipa
J'ai passé un peu plus de 15 heures dans le bus de Cruz del Sur pour arriver à Arequipa. Si nous avions accès au wi-fi dans l'autobus, à condition qu'il y ait une réception cellulaire, il était étrangement plus facile de se brancher au milieu de nulle part que lorsque nous traversions une ville. J'ai aussi eu une première occasion de goûter l'Inka Cola, une boisson gazeuse à saveur de gomme balloune. Miam!

J'avais très hâte d'arriver à Arequipa parce que j'y rejoignais mon ami Peter, qui faisait la route à partir de Huacachina. Il devait arriver une heure avant moi et patienter à la gare.

Coup du hasard, nos autobus respectifs sont arrivés en retard... mais en même temps. Nous avons donc pu négocier notre taxi pour qu'il nous mène à notre auberge, le Arequipay Backpackers. Un vrai paradis pour ceux qui, contrairement à nous, ont l'intention de rester pendant plusieurs jours.

Située à quelque 2500 mètres au-dessus du niveau de la mer, la ville est un excellent moyen de s'adapter graduellement à l'altitude. « Je ne sens rien », que je me disais en arrivant.



Il n'a toutefois fallu qu'un peu de temps (et d'exercice) pour qu'un mal de tête me gagne. C'est là un des signes du mal de l'altitude. Et de la fatigue également.

Nous nous sommes simplement promenés dans la vieille ville, où le même mendiant nous a suivis et interpellés plusieurs fois. Nous avons aussi sillonné la rue piétonnière, où les touristes peuvent s'en donner à coeur joie dans les restaurants occidentaux comme les McDonald's, PFK et Starbucks.

Nous avons plutôt marché le plus loin possible pour aboutir dans un restaurant végétarien, minuscule mais bondé de Péruviens, qui offrait un repas trois services pour sept soles (environ 2,50 $). Il y avait tellement de nourriture que nous n'avons pas pu tout engloutir.

Plus la journée avançait, plus il était difficile de combiner la fatigue et l'altitude. Nous avons de toute façon réduit le rythme en décidant d'opter pour un trek de deux jours au canyon de Colca dès le lendemain. Il nous faudrait nous lever à 3 h du matin. Ainsi avons-nous mangé à nouveau avant de rentrer et de réorganiser nos bagages pour la randonnée qui nous attendait.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire