12 novembre 2015

Les lanternes et les marchés de Montréal

Lors de ma récente visite touristique à Montréal, je me suis attardé dans deux de ses marchés publics, marchés qui m'ont été racontés par l'expérimenté et encyclopédique Ronald Poiré, une référence en matière gastronomique dans la métropole.

Le premier arrêt était le marché Atwater, aussi connu sous le nom de marché à viande. Bien sûr, novembre, c'est loin d'être le mois idéal pour visiter. Pourquoi? Parce qu'en été, le marché est entouré de tentes qui servent de restaurants. Les stands extérieurs sont plus nombreux avec les légumes de saison.

Marché Atwater
Quand le marché a été construit, on en a fait la boucherie du coin. Il a été conçu avec l'objectif d'assurer une bonne hygiène. Ainsi trouve-t-on, sur le plancher intérieur, des drains pour le nettoyage des planchers.

Mon guide m'explique que les environs du marché s'enrichissent de plus en plus. Lentement, le prix des loyers grimpe et la clientèle est de plus en plus huppée. Pas étonnant qu'on trouve des produits nichés au marché Atwater.


Par exemple, aux Douceurs du Marché, ouvert il y a une vingtaine d'années on trouvera des huiles, des vinaigres balsamiques de toutes sortes. La fromagerie Atwater, elle, tient entre 700 et 800 fromages, dont au moins 200 proviennent du Québec. On y trouve aussi une section microbrasserie, où on peut se procurer des bières du Québec.

Fromagerie Atwater
Le marché Atwater, plus petit que le marché Jean-Talon, est néanmoins reconnu pour la viande qu'il vend. Il est aussi avantageusement situé, tout près de la piste cyclable longeant le canal Lachine jusqu'au Vieux-Montréal.

Et conseil de mon guide, le Restaurant Green, sur la rue Notre-Dame, serait une institution du fast-food. Je n'ai toutefois pas eu l'occasion de l'essayer.

Le plus connu des marchés est sans doute le marché Jean-Talon, le plus grand au Canada et aux États-Unis. Il est construit sur un terrain qui accueillait autrefois un stade de crosse. On y trouve environ 325 producteurs, principalement pour les fruits et légumes.

Marché Jean-Talon

Marché Jean-Talon
Fait intéressant, la SAQ (Société des alcools du Québec) s'est bâtie en bordure du marché et assure le compostage pour plusieurs exposants du marché.

Il y a, là aussi, une boucherie intérieure qui permet d'hiverniser le marché. On y trouve entre autres une librairie gourmande où on peut acheter à peu près n'importe quel livre de recette.

Tout juste à côté du marché se trouve le Marché des saveurs du Québec, une vitrine pour les produits du terroir québécois. On y trouve entre 10 000 et 15 000 produits différents et 99 % des fromages qu'on y tient sont des fromages québécois. Une section est consacrée aux boissons artisanales ou plus de 45 producteurs de toutes les régions du Québec sont recensés.

La visite peut se poursuivre à quelques rues de là, à l'église Notre-Dame-de-la-Défense, une des rares églises construites en brique rouge. Elle se situe sur la rue Dante. Au plafond, on peut apercevoir une fresque du pape et de Mussolini à cheval.

À l'autre coin de la rue Dante, on tombera sur l'épicerie Milano, très connue dans la Petite Italie. Elle occupe six édifices côte-à-côte.

Enfin, du mois de septembre au début novembre, une visite au Jardin botanique, en soirée, vaut absolument le détour. On y trouve une exposition de lanternes dans ce qui est appelé le Jardin des lumières, situé dans les sections chinoise et japonaise. Une belle sortie de soirée.

Jardin des lumières
Jardin des lumières

Aucun commentaire:

Publier un commentaire