26 mars 2012

Le gars qui fumait

Y'a un tas d'affaires qui ne se font pas dans la vie mais que les voyageurs font quand même dans les auberges de jeunesse : allumer la lumière du dortoir à 4 h du matin pour retrouver son lit, faire jouer sa musique très fort même si personne n'a envie de l'entendre, ne pas porter de vêtements pour se rendre à la douche commune, partager un lit simple et faire grincer le matelas même si tout le monde entend, « gosser » avec un sac de plastique pendant des heures quand tout le monde dort, etc.

Mais le monsieur, il a eu son quota hier soir. Le bruit, ça va. Même si t'es le seul à écouter ton film sur ton ordinateur et que tu bats des records de décibels jusqu'à 4 h du matin. La lumière ça va. Même si on est trois à dormir et que toi tu as besoin de beaucoup d'éclairage pour regarder ton film sans tes écouteurs. Mais mon cher monsieur, quand tu décides de fumer de la marijuana à 2 h du matin, dans le lit en-dessous du mien, tu cours un grave danger. (C'est déjà pas bien de fumer au lit...) Je sais, la fenêtre, c'est loin pour évacuer ta boucane. Descendre les trois volées de marches pour aller dehors, c'est éreintant.

Ben tant pis. La gérante de l'auberge, elle était pas contente quand elle a su. Pas contente pantoute. Parce que c'est déjà pas permis de fumer dans la chambre. Faque ton pot, ça lui a mis le feu. « I will kick him out » qu'elle a dit. Ça sonnait fâché.

Désolé de savoir que tu as été expulsé, cher cochambreur. Quoique... pas vraiment. Ce soir, je dormirai mieux.


Le lézard

Dans la catégorie du « Presque »... j'ai presque vu un serpent aujourd'hui. Dans LA journée où j'ai décidé de porter des gougounes pour aller (un peu) me promener dans le bois. J'ai vu une grosse tête de serpent (mettons 12-14 centimètres) à environ 30 centimètres (un pied) de mon pied. (!) Réflexe un : faut que je prenne une photo. Réflexion un : il serait plus sage de reculer.

Il s'adonne finalement que la grosse tête de serpent était une grosse tête de gros lézard, attachée à un gros corps et de très petites pattes.

Il s'est barré, le lézard. Mais j'ai surveillé le sentier jusqu'à la fin de ma marche (avec vues époustouflantes en passant) pour m'assurer de ne pas croiser une autre bestiole.

Presque, donc. Mais presque, ça compte pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire