30 décembre 2015

Tulum et ses ruines

Tulum
Quand on veut s'éloigner des deux villes très touristiques de Cancun et Playa del Carmen, tout en espérant la plage et les sites culturels, Tulum est un choix de prédilection. Bien sûr, on y trouve encore des tout-inclus et le tourisme y est important. Il s'agit toutefois d'une base intéressante pour les villes comme Akumal et Coba.

La route entre Cancun et Tulum est franchie en trois heures environ. À mon départ de Cancun, il pleuvait très sérieusement. J'ai fait affaires avec la compagnie ADO, qui présente des films pendant le trajet et qui semble être la compagnie la plus populaire auprès des touristes. Je me suis présenté à la station quelques minutes avant le départ et je n'ai eu aucun problème à obtenir un billet.

Ce qu'on constate, avec la pluie, c'est qu'il n'y a pas de puisards au Mexique. Du moins, pas à Cancun. Les routes se retrouvent rapidement couvertes par une grande quantité d'eau stagnante. Les routes ne semblent pas conçues non plus pour que l'eau s'écoule vers le fossé.

Avec toute la chance du monde, je suis arrivé à Tulum en même temps que le soleil. Là, deux choix s'offrent à nous : choisir un hôtel (ou une auberge) en plein coeur de la ville ou le long de la plage. C'est réellement un dilemme, puisque les restaurants simples et la vie sociale sont en ville, alors que la plage est ponctuée d'hôtels, de bars et d'autres restaurants. Les deux parties de Tulum sont toutefois éloignées l'une de l'autre.


J'avais choisi de rester en ville, sur la route principale. Il m'a fallu un peu de temps, en sortant de la station de bus, en plein coeur de la ville, pour savoir dans quelle direction marcher. Quand on n'a qu'a aller en ligne droite pendant 10 minutes, y'a rien de plus facile, une fois qu'on a déterminé où se trouve l'est et ou se trouve l'ouest.

J'ai posé mes affaires au Jardin de Frida, mon auberge géniale, avant de décider de partir vers les ruines. On m'avait dit que je les trouverais à environ 30 minutes de marche. J'ai plutôt mis une heure pour les atteindre, en mangeant un excellent sandwich mou-pain-blanc-pas-de-goût provenant du dépanneur.

Le meilleur conseil que je pourrais donner serait de louer un vélo pour un séjour à Tulum. On peut alors arriver rapidement à la plage, revenir quand on veut, ou visiter le Grand Cenote, qu'il faut atteindre en taxi ou en autobus sinon.

En arrivant aux ruines de Tulum, on peut décider de franchir la distance avec le guichet d'entrée avec un petit train. Ça sent le touriste à plein nez. À pied, ce n'est pas très loin de toute façon.

Le site en tant que tel n'est pas particulièrement étendu et il est l'un des plus visités au Mexique. Ça rend l'expérience moins agréable. Les ruines elles-mêmes sont aussi moins impressionnantes que celles de Chichen Iza, de Coba ou Uxmal, à l'exception du Castillo, construit près de la mer des Caraïbes. On peut donc profiter d'un paysage spectaculaire.

Tulum
Tulum (Castillo)
Comme le ciel se teintait d'un noir d'encre, je me suis dépêché à faire le tour. J'y ai croisé une jeune femme qui visitait seule et qui souriait. Je lui ai souri et j'ai passé ma route.

Je me suis dépêché à me rendre sur la première plage à la sortie des ruines, celle de Santa Fe, juste pour voir. Dès que j'ai foulé les premiers grains de sable, la pluie s'est mise à tomber. Je peux donc difficilement commenter sur l'allure des plages de Tulum,

J'ai tenté de héler le premier taxi venu, mais il lui aurait fallu longer la côte un bon moment pour me ramener à mon auberge et il me chargeait trop cher. J'ai donc contourné une partie du site des ruines pour retourner vers là où j'étais arrivé. On y trouve un stand à taxis avec une pancarte indiquant le tarif fixe des trajets. Pour retourner en ville, on doit compter environ 70 pesos.

La pluie a continué de s'abattre pendant un bon moment, ce qui m'a convaincu de demeurer à l'auberge et de me reposer. Au bout d'un moment, j'ai vu arriver la même fille que j'avais croisée dans les ruines un peu plus tôt. Nous avons passé une partie de la soirée à discuter sur le patio de l'auberge.

Nous avons aussi convenu d'aller souper au restaurant El Camello Jr, situé juste en face, et qui est reconnu dans tout le village pour ses ceviches. L'endroit est rempli de Mexicains, preuve que même la population locale y mange. En fait, on y trouve surtout des Mexicains, puisque le restaurant est un peu à l'écart de toutes les autres activités.

On trouve des ceviches au poisson, aux crevettes et à la pieuvre. On peut aussi opter pour un joyeux mélange de tout ça. Les portions sont énormes, à un tel point que la petite assiette comportait trop de nourriture pour moi. Seul reproche : j'ai déniché un bout de plastique dans mon assiette.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire