26 juin 2012

Cher le kilomètre

Peut-être aurait-il fallu que je change ma façon de voir les choses en laissant la Thaïlande derrière moi. Et que je retienne quelque chose de mes premiers jours en Jordanie.

Partout où on va dans ce pays, quand on sort un billet de plus de 5 $ pour payer une facture, on nous demande immanquablement : « Tu n'as pas de change? » Ce n'est pourtant pas tant que ça, un billet de 10 $, considérant que les guichets automatiques s'amusent à nous fournir des notes de 50.

Toujours est-il que la plupart des chauffeurs de taxi rencontrés m'offraient de me ramener à l'aéroport pour 15 $. Tous me laissaient leur numéro de téléphone pour que je puisse les appeler. Mais je me suis dit que j'en attraperais un au coin de la rue.

My bad! Suis tombé sur un chauffeur qui ne parlait pas (ou prétendait ne pas parler) l'anglais. Il ne semblait pas comprendre le mot aéroport, pas plus que les signes que je lui faisais pour mimer un avion (en plein centre-ville de Amman).


Un autre chauffeur est venu à mon secours, traduisant pour nous deux et m'aidant à négocier le prix. Quand l'homme accepte de me conduire pour 15 $, je monte à bord.

Mais évidemment, il se sert de la barrière de la langue pour me charger 20. Je finis par plier. Je lui tends un 50. Mais il n'a pas de change, sauf un billet de 10.

Il finit par me faire comprendre (du moins je pense) qu'il ira mettre de l'essence pour obtenir du change et qu'il reviendra. Mais je n'ai pas le temps d'attendre. Je suis déjà en retard pour l'enregistrement. 40 $JD pour un tour de taxi (au moins 50 $ CA), ça fait cher du kilomètre.

Sécurité

À l'aéroport d'Amman, on passe le détecteur de métal avant même l'enregistrement. Et cette fois, on ne peut pas blâmer ma tête d'Arabe pour les problèmes. Ils n'ont pas aimé les rayons X et m'ont dirigé vers l'inspection.

Il m'a fallu ouvrir mon sac que j'avais eu de la difficulté à fermer. Et la seule question que j'ai eue est : « Qu'est-ce que c'est? » alors que le douanier pointait vers mes bouchons pour les oreilles. Paraît qu'il n'avait jamais vu ça.

Les douanes et une autre série de mesures de sécurité plus tard, j'étais dans l'avion vers mon escale au Caire. Je peux donc dire que, techniquement, ce voyage m'aura mené sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire