3 décembre 2012

Pour ou contre le wifi?

Un article du Huffington Post (What WiFi is doing to Backpacker Culture) m'a fait m'interroger. Réfléchir, aussi. L'internet sans fil, dans les auberges de jeunesse, partout même, change-t-il les habitudes des jeunes voyageurs. Pire : menace-t-il le mode de vie des backpackers?

J'ai commencé à fréquenter les auberges de jeunesse avant que le wifi ne se démocratise. On payait pour 15 minutes d'internet et on passait à autre chose. On jouait aux cartes avec des inconnus pour écouler le temps. On socialisait par obligation.

Avec le temps, il est devenu pratiquement impossible de voyager sans son ordinateur portatif ou un iPad. Pis après?

Dans l'article de Valentina Jovanovski, on mentionne que les salles communes des auberges de jeunesse sont de plus en plus bondées de gens qui ont le nez rivé à leur écran. Vrai. J'en suis, parfois. Parce qu'il s'agit du moyen le plus simple de réserver un billet d'avion, un billet de train, une autre auberge de jeunesse. Parce qu'on souhaite rester en contact avec les amis et la famille, parfois. Ou simplement parce qu'on n'a pas envie de socialiser. Bon!


S'il est vrai que ce nouveau mode de vie rend les contacts humains plus difficiles parfois, l'internet sans fil est un atout non négligeable. Une auberge de jeunesse qui n'a pas de connexion n'est pas entrée dans le 21e siècle. Et personne ne souhaite retourner en arrière.

Quoi faire alors pour encourager les contacts? Rien! Ou presque. Parce qu'il appartient à chacun de choisir comment il voyage. Ordinateur ou pas, si on veut socialiser, il faut un peu de volonté. Il reste que dans certains établissements, les pièces communes sont si chaleureuses qu'elles invitent à la discussion. Les pièces immenses qui manquent de sièges pour s'asseoir sont trop souvent privilégiées. Choisir un lieu d'hébergement plus petit, moins commercial, est déjà un atout.

Je ne me sens donc pas coupable de me brancher 15 minutes par jour quand je voyage. Je préfère encore rencontrer des inconnus plutôt que d'échanger des dizaines de courriels avec ceux dont j'essaie de prendre congé. Et si je ne trouve aucune source de discussion intéressante à l'auberge, j'en trouverai ailleurs, point barre.

Il reste à socialiser ceux qui regardent des films en streaming ou qui jouent à des jeux en ligne toute la journée durant. Des exceptions, il y en aura tout le temps.

Pour ceux qui savent lire l'anglais, consultez l'article et partagez vos commentaires. Quelle est votre opinion sur le sujet?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire