25 novembre 2012

Les bons coups des auberges de jeunesse

Orie et son auberge, le 1166 Backpakers à Nagano.
La qualité d'une auberge de jeunesse, des gens qu'on y rencontre, du service qu'on y reçoit, influencera très certainement la perception que nous aurons d'une ville, ou même d'un pays.

Si j'ai déjà donné quelques trucs pour aider au choix d'une auberge de jeunesse, j'ai cru bon de donner quelques exemples concrets qui font parfois la différence. En choisissant parmi les auberges que j'ai appréciées suffisamment pour les recommander dans ma page liens, j'illustre des bons coups qu'on souhaiterait voir plus souvent.




  • Pella Inn - Athènes
    La force du Pella Inn ne résidait pas dans ses chambres, exiguës, ou le prix du lavage, trop élevé. Dans ce cas-ci, la facilité à atteindre les sites principaux d'Athènes, comme l'Acropole, constituait un avantage. Toutefois, la plus grosse qualité de l'auberge était sans aucun doute le bar situé sur le toit, avec vue sur le Parthénon. Difficile d'aller se coucher quand on peut admirer les ruines grecques dans la nuit. À ne pas négliger, les employés sympathiques et parmi les plus serviables rencontrés.
  • Ngoc Thao Guesthouse - Ho Chi Minh Ville
    Au Vietnam, le point fort de cette auberge était son ambiance familiale. Toute la famille, propriétaire, réside sur les lieux. On les croise parfois même en pyjama, le matin ou le soir. Les enfants de la troisième génération, en bas âge, s'amusent avec les clients. Et comme il n'y a d'employés que les propriétaires, ils ont tout intérêt à offrir un bon service. Ils préparent le petit-déjeuner, ont paraphé des ententes avec des guides touristiques fiables et sont suffisamment nombreux pour offrir un service continu.
  • Kyoto Hana Hostel - Kyoto
    Deux idées fantastiques, outre la location de vélos : des rideaux entourant chacun des lits pour permettre de couper la lumière et d'obtenir une relative intimité et, sur la porte intérieure des cabinets de toilettes, des affiches pour apprendre des phrases-clés en japonais... C'est certain qu'elles sont lues...
  • Goodnight Hostel - Lisbonne
    Si les matelas y sont un peu vieux, le Goodnight Hostel se distingue vraiment grâce à son personnel qui, étonnamment, arrive à reconnaître chacun des clients au point de les interpeller par leur nom pour l'ensemble de leur séjour. Au cas où le mémoire flancherait, ils remettent une carte aux clients confirmant qu'ils ont le droit de se trouver dans l'auberge. Le salon, dépourvu de télévision mais comptant sur un divan en L, est idéal pour les rassemblements inopinés et les discussions de groupe.
  • 1166 Backpackers - Nagano
    Aménagée dans la résidence de la seule propriétaire, Orie, cette auberge donne vraiment l'impression de débarquer chez l'habitant. Au premier, une immense table où se rassemblent inévitablement les clients. Au mur, une carte du monde avec des épingles qui ciblent la provenance de tous les gens ayant déjà réservé un lit à cet endroit. Et il y a Orie, qui offre constamment de préparer le repas ou de déguster une sorte de saké qu'elle apprécie.
  • St-Christophers - Prague
    Pratiquement un hôtel, le St-Christophers a d'immenses salles de bain avec des toilettes récupérant l'eau de pluie. La lumière de la chambre s'éteint automatiquement quand il n'y a personne à l'intérieur. Idem pour le thermostat, qui règle la température en fonction de l'occupation. Les lits sont énormes, comme les oreillers, et des caissons sur roue tout aussi immenses permettent de verrouiller les avoirs de valeur sous les lits. Les immenses fenêtres peuvent être recouvertes par une toile totalement opaque. Rare dans les auberges.
  • Adventure Queenstown Hostel and Chalet - Queenstown
    Cette auberge est la propriété d'un voyageur invétéré. La déco est composée de ses photos de voyage, des billets de banque qu'il a ramassés dans ses périples. Belle initiative : la soirée quiz. Les équipes, formées au hasard de voyageurs de partout dans le monde, doivent répondre à des questions de connaissance générale. Pas le choix de se consulter et d'apprendre à se connaître. Récompense pour les gagnants : bière gratuite.
    Bravo pour la charpente des lits, en bois, qui ne grince pas. Pour l'ajout d'un sac de billes, sur lequel on peut s'asseoir, dans chaque chambre. Pour la présence de prises de courant dans les casiers, pour recharger nos appareils pendant la nuit sans craindre de se faire voler. Pour ces insignes à velcro qu'on colle sur notre lit pour 1) le réclamer 2) s'identifier auprès de nos cochambreurs. Pour les lumières de lecture à chacun des lits. Pour les prises de courant au-dessus de chaque lit... On les cherche trop souvent dans d'autres auberges.
  • Hey Hostel - Sao Paulo
    Quand le propriétaire a fait le tour du monde en sept mois, il sait de quoi il parle. Réception 24 heures, caméras de sécurité, un ordinateur relié à un écran plat géant sur le mur, pour y transmettre les données qu'il souhaite nous transmettre, un mur complet en ardoise, pour dessiner, laisser un message, informer, des bouteilles de plastique converties en bacs à épices, à l'extérieur, et là aussi, des prises de courant dans les casiers.
À noter, bien sûr, l'internet wi-fi gratuit dans tous les cas. La cour intérieure sans toit qui sert de salle commune au Backpackers HQ de Sydney, le restaurant intégré à l'auberge au Phoenix Hostel de Shanghai, l'aspect chaleureux du Purple Gobelin de Tallinn, qui donne l'impression de faire du Couchsurfing, où on peut passer une soirée à jouer au poker avec les propriétaires comme s'ils étaient des voyageurs au même titre que nous. On note aussi l'intention chez Che Lagarto, au Brésil, qui offre des prises de courant de 110 et 220 volts. 

On aime aussi les lavabos à l'extérieur des salles de bain et les repas du soir typiques offerts gracieusement à l'occasion.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire