19 janvier 2013

Chaleurs d'hiver au Grand Canyon

Grand Canyon
Eh ben voilà. J'ai enfin exploré le Grand Canyon. Je me suis levé très tôt pour pouvoir admirer le lever du soleil. On n'y pense pas, mais une voiture de location, ça ne vient pas avec un balai à neige ou un grattoir. Heureusement, le pare-brise n'était pas trop givré. Mais la température était certainement sous le point de congélation.

Après avoir vu le soleil se lever, j'ai décidé de prendre une navette pour me rendre à une piste de hiking : Bright Angel Trail (12 milles pour l'aller-retour). Et j'utilisais le principe de la pelure d'oignon pour les vêtements.

Sage décision, puisque plus on descend, plus il fait chaud. Et on ne sait plus quoi porter. Des sentiers glacés, en haut, agrémentés par une brise tout ce qu'il y a de plus froid, on passe à une zone plus chaude à Indian Garden (3/4 du chemin), et ensuite, vraiment, au soleil plombant juste avant Plateau Point.


Celui-là, qui constitue la fin de la piste, est un tout petit point quand on regarde le canyon d'en-haut. Avoir su que je marcherais jusque-là, je me serais probablement découragé. Mais si on porte attention, on peut y voir voler des condors.

Le plus beau, c'est qu'il faut remonter après. On conseille d'ailleurs de ne pas attendre la fatigue avant de remonter. Parce que c'est comme une montagne à l'envers. Pour descendre, ça va toujours bien... Mais l'ascension...

Ainsi ai-je dû prendre des pauses fréquentes avant d'atteindre le sommet. Sept heures après le début du trajet, une dizaine d'heures après être tombé du lit, mes jambes ramollissaient rapidement. Et j'ai épuisé mes réserves d'eau. Donc oui, il faut être prudent quand on jauge la durée de la randonnée. Et c'était l'hiver. Je n'imagine pas le poids écrasant de la chaleur en été.

Au diable le coucher de soleil, après ça, je ne voulais que gagner mon lit.

Et le lendemain, je suis retourné pour explorer la South Kaibab Trail, qu'on m'avait chaudement recommandée. Cette fois, j'ai rebroussé chemin au milieu du parcours. Assez pour voir le canyon sous plusieurs angles quand même.

À noter : essence, nourriture et autres sont plutôt chers à Tusayan, près du canyon. Eh oui! On achète là ou pas du tout, alors les prix sont ajustés en conséquence. Et sur les pistes de randonnée, munissez-vous de votre plus beau sourire. Les autres amateurs de plein air auront sûrement envie de vous jaser.

Anecdote : Je me suis acheté une belle tuque avec un pompon après avoir perdu la mienne au barrage Hoover... Karma : la tuque se trouvait au pied du siège du conducteur, dans la voiture. Pouet! Pouet! Pouet!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire