25 septembre 2015

La tarte aux quetsches et les patates dans le pare-brise

 


Si je vous disais qu'il a été super facile de me lever dans cette deuxième journée du défi #FranceFestive, vous me croiriez? Non? Vous faites bien. Le décalage horaire a tapé très fort dans les 30 premières minutes de la journée. Après? Nickel.

La première activité, voire le premier défi, se déroulait dans les locaux de l'Association Épices (pour Espaces de projets d'insertion cuisine et santé), un atelier de cuisine qui fait une place à des jeunes en difficulté. Il s'agit d'un lieu de partage, d'échanges et d'insertion pour des jeunes parfois délinquants, parfois criminels, parfois en besoin d'interactions. La cuisine, de toute évidence, devient un outil social très fort, une façon pour eux de s'accomplir et d'obtenir forcément une certaine valorisation.

On n'en fera pas nécessairement des chefs, mais ils apprendront probablement un tas de choses.

La formule fonctionne, même pour nous, blogueurs canadiens arrivant comme un cheveu sur la soupe. On se sent rapidement les bienvenus et on nous confie des tâches que nous nous faisons un plaisir d'accomplir. Notre mission : une tarte aux quetsches, ces prunes caractéristiques d'Alsace.





Sous la supervision de la très sympathique, et patiente, Stéphanie, nous amorçons la réalisation d'une pâte pour la tarte. Les deux blogueurs ont l'air d'avoir deux mains gauches au départ, mais nous trouvons rapidement notre rythme. Au fur et à mesure, les discussions s'enchaînent. La cuisine amène les échanges, les interactions, et on se sent bien inclus. On a même envie d'en faire plus. Ce qu'il y a de bien, c'est que tout le monde s'entraide, tout le monde fait confiance à ceux qui partagent leurs connaissances, et tout le monde a l'impression d'être sur le même pied.

Tout à coup, j'ai envie de m'inscrire dans les cuisines collectives!

Le vendredi midi, Épices ouvre sa table à une vingtaine de personnes environ, de Mulhouse ou d'ailleurs qui, pour un prix raisonnable, pourront déguster les mets préparés par les élèves. Cette journée-là, on accueillait une troupe de danse du Congo qui se produisait à La Filature, une des salles de spectacle de la ville. À nouveau, les échanges ont été forts enrichissants.

Notre tarte aux quetsches!


La salade, le repas principal, une espèce de pâté chinois fait de veau, purée de citrouille et noisette, et la tarte aux quetsches étaient tous excellents. On nous a dit que notre tarte était bonne. On espère que c'est vrai. À tout le moins, tout le monde a fini son assiette...

À vrai dire, Épices demeure pour le moment le moment fort de cette aventure...

La Cité de l'automobile

La deuxième partie de la journée a été consacrée à la Cité de l'automobile, qui compte le plus grand musée automobile du monde. Il s'agit de la collection Schlumpf, la plus grande collection de Bugatti de la planète.

On dit que les frères Schlumpf ont assemblé une impressionnante collection mais qu'ils l'ont abandonnée quand une révolte s'est organisée parmi les employés de leur usine de textile, qui se trouvait en difficultés.




Le musée expose plus de 400 voitures et permet de noter l'évolution du design, d'abord similaire à celui des carrioles à chevaux, jusqu'à l'apparition du premier pare-brise, complètement à la verticale. Il n'y avait pas d'essuie-glaces, alors on coupait une patate en deux et frottait l'intérieur sur la vitre pour éviter que la pluie n'obstrue la vue. Il paraît qu'en hiver, on se servait d'un oignon.

On a vu une petite voiture électrique à deux places datant de plusieurs décennies, joliment baptisée l'oeuf, et la baleine, la plus longue voiture du musée avec ses sept mètres.

Un de nos défis consistait à démarrer le moteur d'une Citroën 1923 avec une manivelle. Piece of cake. Pas très difficile disons. Mais je suis fort content d'avoir essayé.

On nous a ensuite fait enfiler un casque et un manteau de poil pour prendre place dans une visavis et nous sommes montés tour à tour, plus tard, dans un simulateur de tonneaux qui nous montre l'effet d'un accident à une vitesse de 50 km/h. Ça surprend, je peux vous le dire. À ne pas essayer tout de suite après avoir mangé.

Et bien sûr, les amateurs de voitures aimeront la Bugatti royale, datant de 1929, avec son toit panoramique et son effigie, à l'avant, qui vaut plusieurs dizaines de milliers d'euros. La voiture elle-même? 40 M$. Pas étonnant que ses poignées soient en argent. La Bugatti limousine de 1933, juste à côté, vaut 36 M$. Et oui, elles sont nettoyées et cirées toutes les jours par un employé embauché pour s'occuper de toutes les voitures du musée.



Notre tournée du musée terminée, nous avons profité de notre temps libre pour nous promener vers la cité ouvrière, en passant devant l'église Saint-Lambert et ses deux tours. La cité ouvrière est intéressante pour quelques photos. On y trouve des usines désaffectées dont une est convertie en ateliers pour des artistes. Y'a du potentiel là-dedans pas mal.

Marcher là où le vent nous pousse, dans Mulhouse, permet d'apprécier sa diversité et sa simplicité, de voir le bagage ouvrier, pas totalement disparu, alors que la ville se trouve en redéfinition. Les manufactures, les filatures, sont fermées. On se tourne tranquillement vers les services. On voit bien aussi toute la diversité culturelle, à chaque coin de rue, qui dans le visage des enfants qui courent çà et là, qui dans les nombreux restaurants de mets traditionnels étrangers.

Parlant de nourriture, nous avons terminé la soirée au Gambrinus, un bistro-bar très populaire de Mulhouse. TRÈS populaire. On dirait bien que c'est LA place où il faut être si on a moins de 40 ans. À la fin de la soirée, même la rue devant le restaurant était bondée.

On peut y déguster une spécialité allemande, la flammekuche, qu'on appelle flammakacha paraît-il dans cette portion de l'Alsace. La mienne comportait des patates, de la crème, des lardons et du fromage Munster. Miam!

L'autre plaisir, c'est la dégustation des bières locales. J'ai essayé la Bollwerk, la blonde spécialement brassée pour Gambrinus, la Ansa rousse, de Ensisheim, un village voisin, et la Licorne Black, une autre bière d'Alsace aux arômes sucrés.

Bien sûr, il fallait se prendre un dessert. Une flammekuche sucrée aux bananes et au chocholat. Encore dix kilos de plus...

Une troisième journée d'aventures s'amorce sous peu. Continuez de me suivre sur Instagram, Twitter et Facebook. Et votez au francefestive.rendezvousenfrance.com pour gagner un voyage pour deux en France.

J'ai été invité dans ce voyage par Atout France.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire