29 février 2012

L'été c'est fait pour jouer

Taupo, Nouvelle-Zélande
D'emblée, je sais, je ne vous ai pas habitués à un si long silence. Il est rare que je sois longtemps sans m'exprimer, mais l'internet néo-zélandais m'a tenu en échec.

En effet, le wi-fi gratuit est rare dans cette partie de l'Océanie. Dans les restaurants McDonalds, on ne nous laisse qu'une certaine quantité de Mo avant de nous débrancher. Ailleurs, il arrive qu'on paie aussi pour le nombre de Mo utilisés. Téléchargez une photo ou une vidéo et hop, plus de temps.

Alors me voici, à Wellington, capitale de ce si beau pays, dans un resto chinois à l'internet gratuit.

J'ai commencé mon périple à Auckland, ville bipolaire, comme le pays en entier, où il pleut 15 fois par jour, mais généralement pas longtemps. Intermédiaire entre Sherbrooke et Montréal, la plus grande ville de Nouvelle-Zélande n'a rien d'impressionnant à première vue. Heureusement, j'avais contacté un Couchsurfer qui m'a guidé pendant près de deux jours. Il m'a notamment amené faire du hiking sur un ancien volcan.

Quatre heures de bus plus loin, je suis arrivé à Rotorua, connue pour ses bains thermaux. Mais la plupart des points d'intérêts sont situés à l'extérieur de la ville. Il faut donc une voiture. Je me suis contenté d'une marche le long du lac et d'un souper-spectacle maori, où j'ai été nommé grand chef maori... pour la soirée. La tite madame avait bien repéré le seul voyageur solitaire avant de m'inviter à monter sur scène. Faire des simagrées devant une cinquantaine de touristes, la plupart coréens ou japonais, ça signifie que je deviendrai sûrement une grande vedette de l'Asie avant longtemps. Au nombre de vidéos qu'ils ont pris...



Mais l'avantage, c'est que j'y ai rencontré une Japonaise que je reverrai sûrement lors de mon passage à Tokyo, vers la fin avril ou le début de mai.

Le lendemain, je suis parti pour Taupo, où bateau, voile, parachute, rafting, bungee et autres sont au rendez-vous. Je m'en servais surtout de base pour le Tangariro Alpine Crossing, une piste de 19,4 kilomètres sur le volcan ayant servi de décor pour le Mordor, dans Le Seigneur des anneaux. Départ à 5 h 40 du matin, début de la marche un peu après 7 h. Il a fallu tout juste 8 heures pour compléter le trajet. Heureusement que mon talon et mon mollet, douloureux depuis deux jours, étaient miraculeusement en forme...

Après avoir affronté le soleil, la pluie, la neige, la grêle, la pluie encore, j'étais complètement brûlé. Mais vous verrez bien, ça valait le coût.

Et aujourd'hui, après six heures de bus, je suis arrivé dans la capitale, Wellington. J'y suis pour les deux prochains jours, mais les plans pourraient bien changer pour la suite. Queenstown, qui n'était pas sur ma liste, apparaît comme le coup de coeur de tous les voyageurs que je rencontre... On verra. Si l'avion n'est pas trop cher...

Enfin, à noter que les terminaux ici refusent souvent de lire la puce sur les cartes de crédit. Pour une raison obscure, la carte Visa ne fonctionnait pas du tout. Après un appel à frais virés dans les méandres téléphoniques, on m'a à peu près dit que j'étais un imbécile et que ma carte devrait fonctionner normalement (je paraphrase un brin). Alors je continuerai d'avoir l'air imbécile chaque fois que ma carte refusera de passer.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire