16 mai 2012

Le visa vietnamien

Hanoi
Étant arrivé à Hanoi, Vietnam, je peux confirmer que la procédure électronique pour obtenir un visa fonctionne. Mais il peut bien y avoir quelques petits problèmes en cours de route.

D'abord, il faut s'inscrire sur le site www.myvietnamvisa.com. Avec une carte de crédit ou un compte PayPal, on paie les frais. Il ne s'agit pas du montant nécessaire pour obtenir le visa mais bien de frais de service.

Deux ou trois jours plus tard, par courriel, on reçoit une lettre d'acceptation et une liste des autres demandeurs faisant partie de notre « groupe ». Parce que la compagnie fait des demandes groupées. Ne vous étonnez pas de voir plusieurs noms sur votre fiche d'acceptation.

Il faut imprimer les deux documents, de même que deux copies d'un formulaire à remplir. Il faut aussi prévoir une photo de type passeport.


Cette procédure n'est possible que pour une arrivée par avion aux aéroports de Hanoi ou Ho Chi Minh. Autrement, il faut passer par une agence de voyage.

À l'aéroport de Hanoi, le bureau d'obtention des visas est très clairement indiqué. On remet toute la paperasse et on acquitte les frais de 25 $ US en argent. Pas l'ombre d'un guichet automatique (ATM) dans les parages. Il faut donc prévoir le coup. Ensuite, Bingo, le visa est émis pour 30 jours.

Cependant, à l'aéroport de Tokyo-Narita (aéroport de départ dans mon cas), la préposée de la compagnie aérienne n'avaient visiblement pas eu vent de cette procédure. Ne voyant aucun visa dans mon passeport, la dame s'est un peu inquiétée. Quand j'ai brandi ma lettre d'acceptation, elle est partie chercher sa supérieure. Air aussi hébété de la deuxième madame.

Elle a finalement fait des photocopies en me laissant aller. Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu une petite inquiétude. Keep smiling! Pas de panique. Grandes respirations.

Autre anecdote : le vol vers Hanoi comportait une escale en Chine. Jamais facile avec les Chinois, il fallait porter un collant sur nos vêtements qui prouvait que nous devions changer d'avion. Plutôt que d'identifier nos bagages pour qu'ils aillent directement à destination, comme partout ailleurs dans le monde, il fallait remplir un minuscule coupon avec notre nom, destination finale, et numéro de téléphone pour nous joindre.

Moi : Euh... C'est parce que je n'ai pas de téléphone.
La madame hébétée : VRAIMENT?
...
...
(Long silence)
La madame hébétée : Mets le numéro de ton hôtel alors.

GET OVER IT! Y'a encore des gens qui ne voyagent pas avec un cellulaire en 2012!

Il est vrai toutefois que le nombre de téléphones payants a diminué un peu partout dans le monde et que plusieurs hôtels se permettent maintenant de réduire leurs heures de services en indiquant qu'on peut les appeler 24 heures sur 24 en cas de pépin. Comme si on reste coincé dehors en plein milieu de la nuit. En assumant qu'on aura un téléphone sous la main.

Astuce

Au Vietnam, comme en Chine, en Syrie et aux Émirats arabes unis, entre autres, Facebook est censuré. Il est donc nécessaire d'installer un proxy sur son ordinateur AVANT d'entrer dans le pays en question si on veut continuer de « poker » ses 4592 amis. Le proxy le plus populaire semble être Freegate. Mis à part un problème qui a duré deux ou trois jours en Chine, ce logiciel s'est montré très efficace.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire